Prières pour le temps du Carême – Cinquième semaine de Carême

Introduction

Après le Dieu de patience (3ème dimanche) et le Dieu de miséricorde (4ème dimanche), c’est le Dieu de pardon que la liturgie nous invite à contempler. À la femme adultère, Jésus manifeste le pardon de Celui qui, chaque jour, fait un monde nouveau.

Combien souvent, frères et sœurs, nous arrive-t-il de condamner ! À tel point que lorsque nous entendons le mot conversion, nous estimons qu’il concerne d’abord les autres : ceux qui ont une autre foi que la nôtre ; ceux qui, tout en étant catholiques, voient les choses de la foi autrement que nous. Jésus, dans l’évangile de ce jour, nous rappelle que nous avons tous à nous convertir, que nous avons tous à prier pour notre propre conversion. Oui, frères et sœurs, combien souvent nous croyons-nous riches alors que nous sommes bien pauvres. Que le Seigneur change notre cœur.


Seigneur, tu ne supportes pas de voir tes enfants humiliés, condamnés.

Toi, jamais tu ne regardes le passé, mais toujours nous ouvres un nouvel avenir. Viens aujourd’hui encore relever celles et ceux qui sont tombés et appeler ceux qui s’écartent de toi parce qu’ils te connaissent mal.

Inspire-nous aussi les gestes de bonté et les paroles de pardon vis-à-vis de nos frères et sœurs.

C’est ce que nous te demandons aujourd’hui par Jésus notre frère pour les siècles des siècles Amen. (Oraison)


Père très saint, tu es le Dieu plein d’amour et de fidélité, de miséricorde et de pitié. Un jour tu as envoyé ton propre Fils pour qu’il soit notre sauveur. Sur nos routes humaines il a rencontré Pierre, le pêcheur de Galilée qui allait le renier, la femme de Samarie à qui il redonne vie, cette femme prise en flagrant délit d’adultère, et tant d’autres pécheurs… Sans juger ni condamner, il a invité chacun à ne plus songer au passé mais à reprendre force en lui et à marcher sur des chemins nouveaux.

Béni sois-tu, Père, pour ce Fils qui nous arrache à nous-mêmes et nous élève jusqu’à toi.

Avec tous ceux qui ont trouvé en toi la force de leur espérance, laisse-nous redire ta louange et chanter d’une même voix. (préface)